Outsiders: Sergeant Paper

Source: Sergeant Paper

Le Vendredi 26 Octobre 2012 à 17h, Lek (French Kiss, Gns, Lca, Raw, 1984), Dem189 (Lbd, 90Dbc, F1…) et Sowat (Da Mental Vaporz) signeront chez Sergent Paper leur premier Print fait a six mains, en bleu, en blanc et en rouge.

Pourquoi le drapeau Français? Parce qu’il leur appartient, qu’il souligne un malaise, qu’il est le seul vrai point commun de ces fils de Polonais, de Libanais et d’Américains mais aussi et surtout, parce que son code couleur permettra à ces trois artiste
s autodidactes issus du Graffiti, de cadrer la furie abstraite qui a fait leur marque de fabrique

Ce sera également l’occasion pour Sowat et Lek, auteurs du Mausolée, de signer des copies de leur livre et faire un premier bilan, six mois après la sortie du projet, par le biais d’une installation éphémère de deux jours, mêlant fils, scotchs colorés, maquette et des Polaroïds du temple vandalisés.

Titre: Bleu Blanc Rouge
Artistes: Lek – Dem – Sowat
Technique: Print sur Papier Fine Art Inova 210gr. à bords frangés
Edition limité à 50 exemplaires
50 x 70 cm Numéroté et Signé

Available here: http://eshop.sergeantpaper.com/fr/print/604-bleu-blanc-rouge.html

 

Advertisements

Outsiders: RG78 Clan

Source: Rg78 Clan

I had heard about a place, kept secret, where obscure things were happening.
A building visibly abandoned, intrigued me as I took the beltway, Porte de la Villette:       The Mausoleum

After a first failed attempt, I came back with another photographer. We discovered that a door leading to the abandoned supermarket’s basements. Armed with a torchlight and a camera, the visit could begin. The exploration took place floor by floor, from parking lots to open spaces. We zigzagged around the murals, the installations, the disappeared squatters traces.

The skeleton of a scorched Vw-Golf 3 caught my attention, mine was black, parked not too far from here,  when I came out, I had a flat tire, a screw… coincidence? The Mausoleum’s spirits? Who knows!

One doesn’t walk out the same from such a place, rich with sensations, depressing yet beautiful at the same time. A supermarket, symbol of our evicted
consumers society, emptied of all its goods then taken over by those who couldn’t go there…

Fleeting living space, looking for new tenants, free visit but for how long?

J’avais entendu parler d’un lieu, tenu secret, où il se passait des choses obscures.
Un bâtiment visiblement abandonné, m’avait intrigué en prenant le périph Porte de la Villette: Le Mausolée


Après une première tentative infructueuse, j’y suis retourné avec un autre photographe. On découvre qu’une porte donne dans les sous-sols de ce supermarché à l’abandon. Armé d’une lampe de poche et d’un appareil photo, la visite commence. L’exploration ce fait étage par étage entre parkings et grandes surfaces. On zigzague entre les fresques, les installations et les traces laissés par les derniers occupants.

Une carcasse de Golf 3 calcinée à retenu mon attention, la mienne est noir et garé non loin d’ici, en sortant j’avais un pneu crevé, une vis… Coïncidence? Les esprits du Mausolée ? Va savoir !

On ne ressort pas indifférent de cet endroit riche en sensations, désolant et tellement beau à la fois. Un supermarché symbole de notre société de consommation expulsé, vidé de ses rayons, puis squatté par ceux qui ne pouvaient pas y aller…

Lieu de vie éphémère cherche nouveaux locataires, visite gratuite mais pour combien de temps ?

Insinders view: Thias, part 13 – Ailleurs est une fin

Source: Thias

Last post of the series. Its elsewhere that the Mausoleum’s memory lives. In a concrete loft were fragments of the temple are pieced together. Matter in hand and fresh paint specially for the occasion. The book as a bonus. Full frontal, a small stroll with a hand held camera.

Starts the public adventure. Libé, Nova, Beaux Arts, Tracks… Showcased Ghetto-paintings &red carpets for the clandestines!

All hail the zulus.

Featuring : LEK, SOWAT, DEM189, SWIZ, PHILIPE BAUDELOCQUE, MR QUI, HOBZ, HONDA, SEB174, LEGZ, SIRIUS, SATEN, APOTRE, WXYZ, SMO, FLEO

Dernier post de la série. C’est ailleurs que la mémoire du mausolée vit. Dans un loft bétonné où des bribes du temple se reconstituent. Matières en main et peintures fraîches pour l’occasion. En prime, le bouquin. De face, une promenade caméra au poing…

Commence l’aventure publique. Libé, Nova, Beaux Arts, Tracks… Ghetto-painting en vitrine & tapis rouge pour les clandestins !

Merci les zulus.
Avec : LEK, SOWAT, DEM189, SWIZ, PHILIPE BAUDELOCQUE, MR QUI, HOBZ, HONDA, SEB174, LEGZ, SIRIUS, SATEN, APOTRE, WXYZ, SMO, FLEO

Continue reading

Outsiders: Come MP

Source: Come MP

For his ‘Street Vitrine’ project, Come MP asks graffiti writers, most of which he’s never met, to draw on small cardboard store shutters he then places in urban environment models he builds himself. After over a year and a half of work, he has already built about 15 of these models in collaboration with artists like Bom.k, Gris1, Tilt, Réso, Poné, Hobz of the Trbdsgn, Darkelixir… He’s currently putting together a first exhibition in Caen, France, to show them in january 2013. He then wishes to expand his collection and organize a second show in Paris also in 2013.

A year ago, Come sent me one of these wooden small scale shutters, which I sent him back six months later, right after the release of the Mausoleum project. Then no news for months… until he sent over the following pictures. During 40 long hours, spread on a two week period, Come meticulously created a small scale model of the Mausoleum, using cardboard, recycled plastic, a potato string bag, branches, milliput paste, acrylic paint, gouache and poscas. For his 32″ by 18″ by 5″ model to be as close as possible to reality, Come used the pictures pages 17 and 151 of the book, edited by the Editions Alternatives. Since he didn’t know Keag and Sore, he chose not to reproduce their paintings…

To contact Come: benjaminaffagard@gmail.com

Dans le cadre de son projet ‘Street Vitrine’, Come MP demande à des graffeurs qu’il n’a, pour la plus part, jamais rencontré, de dessiner sur des petits stores en carton qu’il place ensuite dans des maquettes d’environnement urbain qu’il fabrique lui même. Après plus d’un an et demi de travail, il a déjà réalisé une quinzaine de ces maquettes en collaboration avec Bom.k, Gris1, Tilt, Réso, Poné, Hobz des Trbdsgn, Darkelixir… et compte organiser une première exposition pour les montrer à Caen en Janvier 2013. L’idée ensuite sera d’étoffer sa collection pour organiser une seconde exposition à Paris courant 2013.

Il y a un an, Come m’a donc envoyé un de ces stores pour que je travaille dessus. Je lui ai renvoyé six mois plus tard, quelques temps après la sortie du projet Mausolée. Puis plus de nouvelles pendant des mois… jusqu’à ce qu’il me fasse parvenir les photos qui suivent. Pendant 40 heures, étalées sur deux semaines de travail, Come à donc minutieusement recrée une maquette du Mausolée, à l’aide de carton bois, de plastique récupéré, d’un filet de pomme de terre, de branches, de pâte milliput, d’acrylique, de gouache et de poscas. Pour que ce modèle réduit de 80cm de haut, 45cm de large et 12cm de profondeur soit le plus fidèle possible à la réalité, il a utilisé les photos des pages 17 et 151 du livre, sortie aux Editions Alternatives. Comme il ne connait pas Keag et Sore, il a préféré ne pas reproduire leurs peintures…

Pour contacter Come: benjaminaffagard@gmail.com

Continue reading

Outsiders: Disobey

Source: Classic as Fuck

While internet fishing, we accidentally found this video, shot inside the Mausoleum and previewing an electronic party in Paris

Trouvé par hasard sur le web: une vidéo tourné à l’intèrieur du Mausolée, annonçant une soirée électronique à Paris

Réalisation : Guillaume Mutschler / Thomas Charbit
Dir. Photo : Morgan Bocquet
Acteur : Romain Barre
Lieu : mausolee.net/

Outsiders: lepublicnme

Source: le publicnme

My first contact happened on the web, with the few images announcing the project.
Following came the movie, mixing syncopated visuals to delicate music.
Finally, meeting the project’s instigators finished to spark my curiosity: I had to go visit this place.
The next week-end, I then found myself with a friend, climbing and wandering from one room to the other.
The second I stepped back outside, my eyes screwed up by the sun, i had only one idea in mind… to come back!
Flash forward to a week later, i was back inside, on my own this time.
I had a strong urge to expose film, silver film could only go well with such a spot, left silent for years and brought back to life thanks to the devotion of a small group of enthousiasts.
Immersed in this half light, cradled by the muffled sound of the freeways and the streets, the whole morning rushed by, without a notice.
This spot is beyond anything I’ve seen in the past, beyond industrial ruin, beyond graffiti, beyond contemporary art. For me, it’s one of the strongest artistic experience I’ve had these last ten years.
Here’s a selection of pictures from these two visits.

Mon premier contact s’est fait par le net et les quelques images annonçant le projet.
Dans la foulÈe le film s’est offert, entre syncope visuelle et délicatesse musicale.
Enfin, la rencontre avec les instigateurs du projet n’a fait qu’accroitre ma curiosité, il fallait que je voie ce lieu!
Le week-end suivant, je me retrouvais donc avec un ami, escaladant, déambulant de salles en salles.
A peine ressortis, les yeux plissés par le soleil, une seule envie… y retourner !
Et hop une semaine plus tard, j’y étais de nouveau, en solo cette fois.
Une sérieuse envie d’exposer de la pellicule, l’argentique collait bien dans ce lieu, en silence depuis plusieurs années, il revivait grâce à la dévotion d’une poignée de passionnés
plongé dans ces clair-obscur, bercé par les bruits ouatés du périf et des passants, la matinée, sans demander son reste, a filé.
Ce lieu est au-delà‡ de tout ce que j’ai pu voir dans la passé, au-delà de la friche industrielle, au-delà du graffiti, au-delà même de l’art contemporain. Probablement pour moi, une des expériences artistiques les plus marquantes de ces 10 dernières années.
Une sélection de clichés réalisés lors de ces 2 visites

Continue reading

Insider View: Thias Part 12 : Extinction des Lieux

Source: Thias

Le Mausolée expire dès l’instant qu’il respire.
Derniers jours d’une aventure qui s’étire. Porter sa croix jusqu’au sommet. Jusqu’à la fin d’une usante pénitence… Dans un timing millimétré, celer le tombeau à coups d’extincteurs. Respirer…
Une bouffée d’air en guise de gerbe funéraire.

 

Continue reading

Cedre / Secours Catholique

Source: La compagnie des choses

Message: For Lek and Sowat, hoping that this message will reach you directly.

I’ve just finished reading ‘Mausoleum’ – my boyfriend, a hip-hop fan, just received it for his birthday. Surprise: A book talking about a supermarket and migrant populations i know (too) well…

At the 23rd of the Commanderie Boulevard, a few meters away from the temple, lies the CEDRE’S prefab. It’s one of Caritas France centers, dedicated to migrants and refugees. The Center mostly helps with administrative processing to obtain French residency, it is not a shelter. It also offers french and computer classes as well as other activities.

During three years, I supervised there a theater and puppet workshop for adults from all over the world. Being myself an immigrant’s daughter, I’ve lived an extraordinarily rich human experience with them.

Before it was shut down (around early 2008 if my memory is correct), we would go with my students in the supermarket to get the material we needed too build puppets and theater accessories. Every once in a while we would also buy things to improvise a snack or a meal. We knew the guys from security: most of the time, when my students went there on their own, they wouldn’t let them in. When we went there together, there never was a problem. It made us laugh.

As everyone knows, living conditions for people seeking french asylum greatly downgraded during our former president’s term. As helpers, the difficult question of finding rooms in housing shelter, was at the core of all our worries. Each month, their number decreased. Some of my students didn’t even want to tell me where they managed to sleep…

I met these destinies, mostly men, groping their way into the darkness, fleeting shadows, unbearable pains, unthinkable life stories. Some finally obtained their green cards, got married, had children. Others disappeared, became insane or committed suicide.

I saw in your book a fascinating artistic endeavor, a scream  of outrage but also a tribute to all those who spent, if only a night, on those fucking mattresses lying amidst the parking’s floor.

I was touched knowing that you’ve transformer this place, that you made it your own, for yourself, for them, for your readers.

So thank you, a huge thank you et maybe we’ll see each other one day – today, we live in Lille. There’s no shortage of work here, for writers that love painting in industrial ruins!

LineC

Message: Pour Lek et Sowat, en espérant que ce message vous parviendra directement.

Je termine à l’instant la lecture de Mausolée – mon mec, porté culture hip hop, vient de le recevoir pour son anniversaire. Surprise : un ouvrage consacré à un supermarché et à des habitants en transit que je connais (trop) bien…

Au 23 boulevard de la Commanderie, à quelques mètres du  Temple, se dresse le préfabriqué du CEDRE. C’est un centre du Secours Catholique, dédié aux personnes migrantes et aux réfugiées. Le centre aide surtout pour les démarches administratives liées à l’obtention de papiers, ce n’est pas un foyer. Il propose aussi des cours de français, d’informatique, ainsi que des activités.

Durant trois ans, j’ai  donné là-bas à des adultes de toutes origines des ateliers de théâtre et de marionnettes. Moi même fille d’immigrée, j’y ai vécu une expérience humaine d’une richesse extraordinaire.

Dans ce supermarché et avant sa fermeture (je dirai début 2008, si mes souvenirs sont bons), nous allions, avec mes élèves,  chercher des matériaux pour fabriquer des marionnettes et des accessoires de théâtre.  De temps en temps, on prenait aussi de quoi improviser un gouter, un repas. On connaissait le mec de la sécurité : quand mes élèves y allaient seul, ils ne pouvaient pas toujours rentrer. Quand on y allait ensemble, ça passait toujours comme une lettre à la poste. Ca nous faisait marrer.

Comme chacun sait, durant le quinquenat de notre précédent président, les conditions de vie des personnes demandeuses d’asile se sont fortement dégradées. La question des places en foyer d’hébergement était au centre de nos préoccupations d’aidants. Chaque mois, leur nombre diminuait. Et certains de mes élèves préféraient de pas me dire où ils dormaient…

J’ai croisé ces destins, des hommes surtout, avançant à taton dans le noir, des ombres fugaces, des souffrances inouies, des récits de vie innimaginables. Certains ont finalement obtenus des titres de séjour, se sont mariés, ont eu des enfants. D’autres ont disparus, sont devenus fous, se sont suicidés.

J’ai vu dans votre ouvrage un travail artistique fascinant, une démarche de révolte, mais aussi un hommage à tous ceux qui ont passé ne serait-ce qu’une nuit sur un de ces putains de matelas à même le sol dans le parking.

Et je suis touchée de savoir que vous avez transformé ce lieu, que vous vous le soyez réapproprié, pour vous, pour eux, pour vos lecteurs.

Donc, merci, un très grand merci, et à une prochaine peut-être – aujourd’hui, on habite Lille, ici pour les graffeurs qui aiment les friches industrielles, c’est pas le boulot qui manque !

LineC

Continue reading

Glück in Dosen, präsentiert von zwei Taggern in ihrer persönlichen Höhle von Lascaux.

Source: Tracks

Ein ganzes Jahr lang haben vierzig Künstler hier ihre Spuren hinterlassen – angespornt von den französischen Sprayern Sowat und Lek.
Mit dieser “wilden Künstlerresidenz“ haben sie ein Graffiti-Kunst-Denkmal erschaffen, und das mitten in Paris. Getauft haben die beiden das kollektive Kunstwerk “Le Mausolée“, also “Mausoleum“.

Das Mausoleum ist eine Hommage an das Underground-Graffiti, eine Kunstform, die bis heute illegal ist und mit saftigen Strafen geahndet wird. Im Gegensatz zu Street-Art-Werken, die inzwischen sogar in Galerien ausgestellt werden, kann man das Mammutprojekt von Sowat und Lek nicht kaufen. Allerdings gibt es ein Buch und einen Film, der während der stundenlangen Arbeit an den Tags und Installationen entstanden ist. Für den Soundtrack konnten die beiden sogar den minimalistischen US-Komponisten Philip Glass gewinnen.

Apôtre + Lek + Sowat

Continue reading

A la découverte de la grotte de Lascaux du tag

source: Tracks

Un reportage de Gabrielle Culand

Durant une année entière, sous le regard bienveillant des deux graffeurs français Sowat & Lek, quarante artistes y ont posé leur marque à la bombe. Cette résidence artistique sauvage a fait surgir ex-nihilo un monument dédié au graffiti en plein Paris. Les deux compères ont baptisé cette œuvre collective “Le Mausolée” : un supermarché de 40 000 mètres carrés !

Le Mausolée” rend hommage à la tradition underground du graffiti, qui reste un art illégal, passible de lourdes amendes. Contrairement au street-art, qui s’expose aujourd’hui dans les galeries, l’œuvre de Sowat & Lek n’est pas à vendre. Les seules traces de cette production pharaonique sont un livre et un film réalisé pendant les longues heures de peintures et d’installation. Pour la bande son, Sowat & Lek ont obtenu la précieuse collaboration du compositeur minimaliste américain Philip Glass.

Continue reading

Le Mausolée, paradis perdus des graffeurs

Source: Brain Magazine

Quelque part dans le nord de Paris il y a un Casino Géant désaffecté de 40 000 mètres carrés. D’abord squatté par des familles immigrées, puis vidé de ses occupants par la police, ce bâtiment avait fini par être muré par la mairie. L’endroit était resté vierge de tout tag jusqu’à ce que deux artistes, Lek et Sowat, découvrent comment s’y introduire subrepticement en août 2010. Ils décident alors d’aller tous les jours sur place pour peindre.

Porte de la Villette, Casino Géant, août 2010. Lek et Sowat ne le savent pas encore, mais ils vont y rester plus d’un an, dans ce supermarché. Au fil de leur virée, ils traversent l’hiver, la nuit, rencontrent un gardien, deux flics, mais reviennent toujours, du lundi au vendredi, fidèles à leur nouveau poste dans cet ancien supermarché qui devient un super atelier de travail. Des murs aux plafonds, en passant par les sous-sols non éclairés, ils peignent des fresques hors-normes et jouent avec les espaces pour composer des décors fracassants, au milieu des fantômes des anciennes familles de squatteurs. La diversité du lieu en termes d’espaces et de surfaces leur permet de mélanger les genres : formes géométriques, linéaires, flèches, lettrages modifiés. On sent dans leurs travaux une totale liberté, une impulsion véloce, un appétit rageur de peindre dans un lieu qui offre toutes les conditions dont un graffeur puisse rêver. Et où les peintures sont respectées. L’endroit est si vaste que Lek et Sowat ne sont pas trop de deux, et décident de faire participer d’autres artistes. Dans ce temple du graffiti, ils invitent une quarantaine de Français à participer, sous condition de ne pas vendre la mèche : le spot doit rester secret. La liste des invités est longue : Apotre, Bims, Seth, Monsieur Qui, Swiz, Jayone… Les têtes d’affiche du tag de France.

Continue reading

Outsiders: Vitostreet

source: vitostreet

Vitostreet has passionately been covering graffiti and street art in the Parisian area for years. Whenever something interesting is done in the capital, you can be sure he’ll spot it and post it before anyone else on his Flickr account.  A few days after we unveiled the Mausoleum project, he sent us a few pictures and the following email:

I’ve often had the occasion of discovering “spots” taken over by graffiti artists, but I’ve rarely (if ever) been slapped to the face like I was while visiting the Mausoleum. I just wanted to thank you and congratulate you (Sowat) and Lek, as well as all the other artists who took part in the project, for the work you’ve done. A high quality and beautiful work of research, conception and innovation.

A small anecdote:

Publicnme and me were in such a haste that we didn’t really pay attention to the path we followed while entering the supermarket. We should have because 5 hours later, once our visit was over we simply couldn’t find our way out anymore. We spent a good hour searching for the damn hole we’d used to enter the building. An hour can seem short, but when you are in total darkness with only a small torchlight whose intensity diminishes with each passing minute, it can really become stressful…

Vitostreet couvre le graffiti et le street art de la région Parisienne par passion depuis des années. Pas une nouvelle pièce sans qu’il soit au courant et la publie sur son compte Flickr avant tout le monde. Quelques jours après la sortie de Mausolée, il nous a fait parvenir ces images et ce mail :

“J’ai souvent eu l’occasion de découvrir des « spots » investi par des artistes graffeurs, mais j’ai rarement (voir jamais) pris une claque aussi forte que celle reçu dernièrement en visitant le mausolée. Je voulais simplement vous remercier et vous féliciter Lek et toi (Sowat) ainsi que tous les autres artistes intervenants pour le travail que vous avez effectué. Un magnifique travail de recherche et de conception, innovant, captivant et de grande qualité.”

Une petite anecdote :
Dans la précipitation, nous avons Puplicnme et moi pas trop fait attention au chemin emprunté en entrant dans le supermarché. Pourtant nous aurions dû car 5 heures plus tard une fois notre visite terminée nous étions incapable de retrouver la sortie. Nous avons cherché durant environs une heure ce satané trou par lequel nous étions entrés. Ça peut paraitre peu une heure, mais quand vous êtes dans le noir absolu avec comme seule source de lumière votre lampe frontale qui au fil des minutes diminue d’intensité cela devient plutôt stressant.

Sambre + Lek

Continue reading

Мавзолей от Lek и Sowat

source: whatsup.ru

В 2010 году Lek обнаруживает заброшенный супермаркет, подлежащий сносу. Это, несомненно, становится большой удачей и позволяет реализовать проект под названием “Mausolée”.

Lek и Sowat первыми вложили инвестиции в это место, расположенное совсем близко от Парижа, и привлекли к этому делу своих приятелей-писателей. Вскоре им пришла идея превратить это здание в неофициальную резиденцию художников, куда приглашались стрит-арт художники (граффити) и фотографы (40 художников на 40,000 м²), чтобы вложить свою лепту в развитие того, что в последующем получило название «Мавзолей».

Несколько месяцев спустя была выпущена замечательная книга (Editions Alternatives), раскрывшая секрет, хранимый в тайне все это время.
Мотивацией для авторов этой книги было достучаться до людей, которые не испытывали никакого интереса к граффити или даже презирали этот вид искусства. По их мнению, им удалось бросить вызов предвзятому отношению к этому движению и изменить точку зрения некоторых людей. Приглашая художников, работающих в разных стилях и использующих разные техники, и осуществляя сложные проекты без участия спонсоров, Lek иSowat очень много узнали о самих художниках и о позициях многих людей. С некоторыми художниками они подружились, и работают с ними по сей день.

Благодаря этим людям это место и сам проект оставались необнаруженным до 12 апреля 2012 года – даты выставки и официального релиза книги. Сегодня мы можем быть благодарны им за то, что они поделились своим секретом с нами. Они предоставили нам привилегию увидеть результат коллективной работы – продуманной до мелочей, выполненной в страхе и стеснении, открытой и таинственной, темной и одновременно яркой, успешно завершенной и очень красивой.

Insiders View: Alëxone part 2

Source: Alëxone

Alëxone watched too many Beastie Boys videos. After spending years looking for an affordable fish-eye, he finally found this 8mm Peleng on the internet for a cool 230 dollars. Two weeks after ordering it, he received a package from Belorussia wish his precious lens wrapped in Russian newspaper and thread. As a service, he agreed to come to the Mausoleum’s show a second time to take more pix of the installation we put together with Dem189, Swiz, Philipe Baudelocque, Mr Qui, Hobz and Honda from the TurboDesign, Seb174, Legz, Sirius and Saten. All the objects, letters and documents shown here were taken from inside the Mausoleum.

Alëxone a regardé trop de vidéos des Beastie Boys et de skate. Aprés avoir passé des années à chercher un fish-eye abordable, il a enfin réussit à trouver ce Peleng 8mm sur le net pour 230 dollars. Deux semaines aprés l’avoir commandé, il reçut son objectif depuis la Biélarossie, empacketé dans du papier journal russe et de la ficelle. Comme un service, il est venut une seconde fois dans l’exposition Mausolée pouir photographié les installations que nous avions faite avec Dem189, Swiz, Philipe Baudelocque, Mr Qui, Hobz et Honda des Turbo Design, Seb174, Legz et Sirius et Saten des 156. Tous les objets, documents et matèriaux montrés ici ont été ramenés du Mausolée.

Continue reading

Outsider: Man – Art is Life

Source: Man – Art is Life

Man – Art is Life is way more patient than we are. All the mural joiners we never had the time or the courage to do, he did them, even the walls we painted in the darkest corners of the building. Here are some of the joiners and photographic collages he brought back from the Mausoleum.

Fléo + Swiz + Lek + Sowat

L’outsider + Swiz + Boyane + Lek

Man – Art is Life est plus patient que nous. Tous les montages de fresque que nous n’avons jamais eu le temps ni le courage de faire, il les a fait, que ce soit à l’air libre ou dans le noir le plus complet. Voici quelques uns de ses montages et collages photgraphiques ramenés du Mausolée.

Dem189

Lek + Sowat

Apotre + Lek + Sowat

Continue reading

Outsiders: Ecraz + Friends

Source: Ecraz

Towards the end of the project, we decided to take a break before painting the building’s roof. For three months, we stopped going to the abandoned supermarket. When we returned, we discovered that a few writers had found the access inside the buildings as we discovered the tags and murals left behind them by Sinje, More, Rayoz, Manta and Ecraze. Luckilly, they had chosen to respect the spot…

Ecraz

Vers la fin du projet, nous avons décidé de prendre une pose avant d’attaquer le toît du bâtiment. Pendant trois mois, nous avons arrété de nous rendre dans le supermarché . A notre retour au printemps, nous avons découvert que d’autres graffeurs avaient trouvés l’accés à l’intèrieur du bâtiment en découvrant les tags et les murs peints laissés derrière eux par Sinje, Mor, Rayoz, Manta et Ecraz. Luckily, they had decided to respect the spot…

Ecraz

Continue reading

Outsiders: Space Invader

Source: Space Invader

One evening of February 2011, Space Invader took this picture of Lek and me as we were exiting the Mausoleum. Back then, he didn’t know who we were and therefor had no idea what we’d been secretly doing inside that building for months. At the precise moment he took that shot, we were only two stangers for him, stuck in his camera’s lense. The night before, he had pasted on the abandoned supermarket his signature UFO’s with red,orange and blue mosaic tiles. As always, he had chose a strategic location, targeting one of the building’s exterior walls facing a perpetually busy freeway ramp. He was absolutely right. Everyone would drive by it and see it. Without knowing it, he had just endangered our ‘project’.

From the beginning, our biggest fear was to see the spot fall, that other writers or photographs could find it and destroy or spread what we were preparing inside.
After Keag and Sore from the RAW crew, Invader was the second uninvited guest to do something on the building’s facade, hence making it more ‘visible’ to eyes used to looking for that type of place… With each new day, it was becoming more urgent for us to finish whatever it is that we had started.

The next day, when he came back to take pictures of his mosaic, we bumped into him as we were leaving the Mausoleum. Lek knew him for having met years before at one of Seb174 friend’s party near Bastille. Invader didn’t recognize him though and didn’t seem to appreciate that two strangers, coming out of nowhere, could call him by his stage name in the middle of the street, in front of everybody. Slightly defensive, he told us he wasn’t Space Invader but his assistant and that he was here just to take pictures… Both skeptical and amused, we shortly ended up leaving him alone and woke our separate ways. For months, we laughed when reminiscing of the encounter, hesitating to mention it in our book. As if he was one of our guests, we added his name to the movie’s final credits.

Two weeks after the Mausoleum’s exhibition opening, Invader’s news book, The Invasion of Paris 2.0, came out. In it, he documents the final stages of his Parisian invasion, thanks to 1400 pictures.Page 58-59, as he is photographing his 911th Invader pasted on the capital’s walls, two strangers are walking in his direction. In the top right side of the image, he added the following text:

 “PA_911 / Burning 911
I spotted this rather out of the way spot when leaving the beltway. The Space Invader going up in flames went well with the apocalyptic look of the place, so i put it there. A few days later, when logging it in my database, I realised it was PA_911

Un soir de Février 2011, Space Invader nous a pris en photo avec Lek en train de sortir du Mausolée. A l’époque, il ne nous connaissait pas. Il n’avait donc aucun moyen de savoir ce que nous faisions en secret, à l’intérieur de ce bâtiment depuis des mois. Au moment de prendre ce cliché, nous n’étions que deux inconnus coincés, dans le champ de vision de son appareil photo. La veille, il était venu coller une mosaïque rouge, orange et bleue sur le supermarché abandonné. Comme toujours, il avait choisi un endroit stratégique, soit un bout de mur extérieur donnant sur une bretelle d’accès au périphérique bondé. Il avait raison. Tout le monde allait passer devant et le voir. Sans le savoir, il venait de mettre en danger notre ‘projet’.

Continue reading

Outsiders: Sabine Danzé

source: rolj13

We don’t know Sabine Danzé. We’ve never met her. A few weeks ago,she went inside the Mausoleum with a friend. Together, they shot a vidéo of Sabine, lit by a torchlight, as she’s dancing and painting in the dark. Here’s what the filmmaker had to say about her film:

A place destined to destruction, hijacked during 2 years by 40 graffiti artists,    guided by Sowat and Lek, the initiator’s of the project, of the work and for the most part, i could even say of the installations. I had to check it out for myself and I brought Sabine Danzé along, who ‘took’ a wall… A mix of pictures and vidéo to show you the works of Art and Sabine Danzé as she ‘Works’… enjoy

 

 

Nous ne connaissons pas Sabine Danzé. Nous ne l’avons jamais rencontré. Il y a quelques semaines, elle est allée dans le Mausolée, accompagnée d’une amie réalisatrice. Ensemble, elle sont fait une vidéo montrant Sabine Danzé, éclairé à la lampe torche, alors qu’elle dance et qu’elle peint dans le noir. Voici ce que la réalisatrice avait à dire de leur travail commun:

Un lieu destiné à la destruction que 40 grapheurs ont investi pendant deux ans de leur travail, guidés par Sowat et Lek initiateurs du projet, de leurs oeuvres et pour certaines, je dirais même de leurs installation. Je me devais d’y aller et y ai emmené Sabine Danzé qui y a pris un “mur”… Mix de photos et de vidéo pour vous en montrer les réalisation et Sabine Danzé en plein “TAF”… enjoy

EGLISE1PIEGE

source: EGLISE1PIEGE

A part les tags qui dénaturent

nos murs et nos trains

il existe des graffitis magnifiques

dans la nature

comme à Palaiseau

Cliquez ICI 

**

ou dans les rues

comme à Paris

cliquez ICI

**

ou dans de nombreuses friches

**

Et voici que Lek et Sowat ont investi

un supermarché abandonné

dans le nord de Paris

et l’ont couvert à leur tour de graffiti

http://www.fatcap.org/article/le-mausolee-de-lek-sowat.html

**

Ce super marché

est devenu ainsi un mausolée

une chapelle Sixtine

de 40 artistes  passionnés

désintéressés

méconnus

rejetés

méprisés

des vrais artistes qui font de l’art pour de l’art

absolument pas commercial

**

Il y a Seth

il y a Dem 189

Il y a   Sowat

des noms qui sentent  le  mystère

Le mausolée de Lek et Sowat  dans Graffiti Lek-et-Sowat5

la mort

la religion

les détritus d’une friche

les couloirs ténébreux

et la  haut ! tout la haut !

un ciel  nuageux

By EGLISE1PIEGE

Outsiders: Keag et Sore

source: Mausolée, the book

Keag and Sore from the Raw crew were the first ones to find the building after us.

Though no one had touched it since we’d discovered it, one freezing night of January 2011, they charged by surprised with gallons of acrylic paint, spray-cans and all the energy of their abstract vandalism. Unaware of what we had been doing inside for months, they smeared part of the buildings facade with explosions of paint, drips, letters and words. Since they were from one of Lek’s crew, it’s a bit like if he had invited them…’

Keag et Sore des Raw ont été les premiers à trouver le bâtiment aprés nous.

Alors que personne ne l’avait touché depuis que nous l’avions découvert, ils ont débarqué par surprise une nuit glacée de Janvier 2011 avec des pots d’acrylique, des bombes et toute l’énergie de leur vandalisme abstrait. Sans savoir ce que nous faisions à l’intèrieur depuis des mois, ils ont saturé une partie de sa façade d’éclats de peintures, de coulures, de lettres et de mots. Vu qi’ls font partie du même crew que Lek, c’est un peu comme s’il les avait invités…”

Continue reading

Outsiders: flobiflickR

Source: flobiflickR

Vision Aspirante

A few weeks ago, flobiflickR contacted us through the site to know how to enter the Mausoleum. A few days later, he sent us these fish-eye and HDR pumped images with and a short text. All of the picture’s titles are his:

Its the story of an abandonned supermarket in the north of Paris, 430,000 sq ft, lifeless, empty, abandonned by our consumer society who went to see elsewhere.

It became the Mausoleum. It welcomed writers, photographers, friends… but no cops. Quickly, the Mausoleum became a savage artistic residence for the writers who, thanks to their talent, gained back a bit of life and colours.

flobiflickR

Arbre

 

Il y a quelques semaines, flobiflickR nous a contacté via le site pour savoir comment entrer dans le Mausolée. Quelques jours plus tard, il nous a envoyé ces clichés, gonflé au fish-eye et au HDR, ainsi qu’un petit texte. Tous les titres des photos sont de lui:

C’est l’histoire d’un supermarché abandonné au nord de Paris, 40 000m², sans vie, vide, délaissé par une société de consommation qui est allée voir ailleurs.

Il est devenu Le Mausolée, il a vu passer des graffeurs, des photographes, des amis… mais pas de policiers. Très vite, le Mausolée est devenu une résidence sauvage pour les graffeurs, qui grâce à leurs talents, a retrouvé peu à peu vie et couleurs.

flobiflickR

 

Cercles

Local Sombre

Salle

Porte Envahissante

Continue reading

“Mausolee” témoignages d’artistes underground by 10secondes.net

Source: 10secondes.net on Saturday, 14 April 2012 at 13:10

Jamais une histoire de graffiti m’aura autant touchée. L’exposition “Mausolée” est de celles qui vous transmet un message.

Dans un premier temps je m’attendais à un bâtiment délabré, et à trouver une série de graff posés sur les murs et qui inviterait les visiteurs à déambuler.Rien de tout cela, l’entrée du bâtiment est ce qu’il y a de plus normal et une petite flèche fluo vous indique une porte à emprunter.

Dès que vous remontez les escaliers, vous êtes reçu(e)s par d’énormes graffitis, arrivées à l’étage la série de cadres accrochés sur le mur vous attire.Ce qu’il y a dessus ? Une série de lettre et de documents témoignant de la vie de squatters qui ont été expulsés par la police. Des mots d’amour d’une mère à son fils. D’un frère à son grand frere incarceré. D’une femme inquiète de sa situation précaire. Des diplômes, des dessins d’enfants…

Pendant un ans l’équipe de graffeurs, Lek et Sowat on arpenté un vieux supermarché abandonné dans le nord de paris pour y déposer leurs oeuvres d’art.Une quarantaine de graffeurs ont participé à cet immense chantier artistique et ont fait revivre par leur peinture ce bâtiment abandonné.

Pendant une année, ils ont côtoyé les objets de vie d’hommes et de femmes vivant dans la plus grande précarité et qui ont été obligé de partir abandonnant tout sur place. Petit à petit ces artistes ont trouvé comment lier l’histoire de ces gens sur leur projet artistique.Un film a été réalisé retraçant ces deux années de travail minutieux et 8000 photos ont été nécessaire à la réalisation du film final.

A voir sur : http://youtu.be/jYnLx9l-0Sw

Les images qui défilent sont superbes et montre aux visiteurs les différents artistes ayant réalisé une fresque pour ce projet.La musique “Opening” de Phillip Glass est extrêmement bien choisie et vous plonge d’autant plus dans l’ambiance du lieu.

Cette exposition éphémère offre une vrai leçon d’humanité. Allez y sans hésiter !

Ils exposent au 11 rue Marie-Andrée Lagroua-Weil-Halle, 75013 Paris, métro/Rer: Bibliothèque François Mitterrand ce samedi 14 avril 2012.

Un livre à était édité pour l’occasion retraçant photographiquement le travail des graffeurs et du projet depuis son initiation.

LISE TOA 

Outsiders: >sÖke<

>sÖke< is just 16. He’s one of the first photographers to go inside the Mausoleum after us. We discovered his work when he published this serie of images on the web. This is what he sent over when we contacted him to share his experience.

>sÖke< n’a que 16 ans. Cest un des premiers photographes à être rentré dans le Mausolée aprés nous. Nous avons découvert son travail quand il à posté cette série d’images sur le net. Quand nous l’avons contacté pour qu’il raconte sa première expédition là bas, voici ce qu’il nous a envoyé:

C’était un lundi. Seulement quatre jours après que l’exposition et les images m’aient tapé dans l’oeil, je partis, seul en touriste non avertis, afin de répérer les lieux. Dès mon arrivée sur les lieux, je rencontra deux personnes qui comme moi étaient très intrigué par ce projet. Mais pour pouvoir le voir, il fallait déjà réussir à y rentrer, ce casse tête explique pourquoi le projet a pu se réaliser sans que d’autres graffeurs s’approprient aussi les lieux. Rentré, la lampe de poche s’impose dans des salles ou résonne en continue le passage des voitures sur l’autoroute située au dessus. On a alors du mal à réaliser que se fut un jour un supermarché, chaque étage, des espaces quasi vides regorgent de poussière. Seul trace de vie, les objets des roumains se retrouvent un peu partout dans l’immensité du lieu. Les joués, les doudous, les matelas et autres peuvent laisser imaginer une expulsion rapide et inattendue laissant après consommateurs et vendeurs, roumains et prostituées le lieu à une troisième population, celui des graffeurs. Maintenant, ce sont eux qui ont donné une vie à ce lieu, marriant à travers un projet des plus original des artistes de toutes générations mais avec la même passion. Ils y créent des formes géométtiques, des formes abstraites, des anamorphoses, loins du graffiti pur et dur. Intelligement, ils ont exploités chaque parties du lieu, lui donnant ainsi une ambiance surnaturelle, dans Paris, qui aurai imaginé un lieu pareil ? En décalage avec l’extérieur, ce “mausolée” a vu la volonté devgrafeurs le redessiner, travaillant longuement cet espace stressant, coupé du monde et inaccessible au grand publique. En tant que spectateur, ce fut pour moi le projet de graffiti le plus imposant que je n’ai jamais connu, pour son lieu et la qualitée de ses oeuvres. Surpris car je ne m’atendais pas à ce qu’un tel projet prenne jour à Paris.

Soke

Jaw

Swiz, Lek

Gris1, Sowat

Continue reading

Insider View: Thias Part 11 – Les Entrailles (The Bowels)

Source: Thias

Un autre labyrinthe, noir cette fois-ci, se tapit en sous-sol. Dans les entrailles du mausolée. Sur plusieurs étages sombres et opaques…
Certains murs y sont blafards à la lueur de la lampe. Presque apeurés. D’autres suintent et crient. Cramés, noircis. Un tapis de toiles d’araignées brûlées pend de leur plafond.
L’exploration touche aux ténèbres. Les journées sont sans jour. L’odeur de spray stagne dans l’air emprisonné…

Mausolée – Part 11 : SOWAT, LEK, DEM189, SWIZ

Continue reading

parisART – Livres

source: parisART

Lek, Sowat
Mausolée. Résidence artistique sauvage
Alternatives
Issus de la culture graffiti, Lek et Sowat manient la bombe peinture depuis leur plus jeune âge. Cette monographie nous dévoile l’aventure artistique «Mausolée», gigantesque édifice dédié à la culture underground et soustrait aux yeux de tous pendant près de deux ans, aux portes de la capitale….

Le 12 août 2010, Lek et Sowat ont trouvé un supermarché abandonné dans le nord de Paris, 40 000 m2 de murs vierges répartis sur quatre étages. Des salles immenses et sans fin où des centaines de personnes avaient vécu avant d’être chassées par la force publique du jour au lendemain…

Pendant un an, dans le plus grand secret, les deux artistes se sont rendus dans ce lieu mystique quasi quotidiennement pour y peindre et organiser une résidence artistique sauvage unique en son genre. Ils ont demandé à une quarantaine de graffeurs français et de photographes, issus de la première à la dernière génération du mouvement, de les y accompagner, pour un jour ou une semaine. Ensemble, ils ont créé un mausolée, un temple dédié à leur culture underground en passe de disparaître à l’ère du street art et de son esthétique pop mondialisée. Ce livre se propose de retracer les grandes étapes visuelles de cette expérience hors du commun.

SOMMAIRE

— Parvis
— Parking premier étage
— Parking deuxième étage
— Réserves
— Rez-de-chaussée
— Sous-sol
— Toit

Insider View: Thias Part 10

Source: Thias
Un vestige du mercantilisme tremble sous le périf’. Il grelotte, ouvert aux quatre vents, loin des lustres du commerce. Il n’appâte plus le client…
Brûlé à vif, il abrite ceux qui se terrent. Les exclus s’y cachent, sans papier, sans pays, sans véritable lit. Mais de là aussi, ils en sont exclus…
L’abandon d’un immense tombeau vide ! Un sanctuaire bientôt. Le mausolée d’une culture qu’on enterre et qu’on célèbre, qu’on bénit et qu’on dépasse. Une offrande picturale au temps des grottes modernes.

Part 10 : FLEO, LEK, SOWAT, SAMBRE, BLO, KATRE, OUTSIDE, DEM189
mausolee.net

Obey X Mausolée

source: Butterfly

Thanks to Mehdi Ben Cheik of Gallérie Itinérance and Butterfly, Shepard Fairey and his team were able to take a break from their recent Rise Above Rebel mural in Paris, to stop at the Mausoleum exhibition and visit what’s left of if…

Painting by Honda / Trbdsgn

Sowat – interview

Source: Artistik Rezo

C’est l’une des plus impressionnantes aventures récentes du monde du graff. En 2010, Lek et Sowat investissaient Le Mausolée, ancien supermarché à l’abandon, avant d’y faire venir une quarantaine d’autres artistes. L’expérience a duré plus d’un an, avant de devenir un livre, et un film. Rencontre avec Sowat.

Comment avez-vous débuté dans le graffiti ?

J’avais 15 ou 16 ans. J’en ai vu dans mon quartier, à Marseille. J’ai commencé une nuit, avec des copains, sur une voie ferrée près de l’école. La calligraphie est venue après, mais j’ai toujours fait de la lettre, parce que je ne savais pas dessiner. L’histoire du graffiti, c’est celle de signatures qui ont grossi… J’ai eu plein de petits métiers, et ça fait trois ans que je ne fais plus que ça. En 2010, j’ai rencontré Lek. On a fait un mur ensemble, ça marchait bien. Dès la première peinture, on n’avait pas de problème d’ego, on était à l’aise avec l’idée que l’autre repasse par-dessus ce qu’on avait fait et ainsi de suite. Lek appartient à la deuxième génération du graffiti à Paris. Très vite, il a commencé à aller peindre dans les lieux abandonnés. Il fait partie de ceux dont j’ai suivi les travaux, et qui m’a influencé alors que je ne le connaissais pas encore, en m’incitant à aller peindre dans ce genre d’endroit.

Continue reading

Lek & Sowat’s Mausoleum

Source: Monorex

Back in 2010 artist Lek found an abandoned supermarket due for demolition just out of Paris, partnering up with artist Sowat the pair decided to make something out of the space…

Screen Shot 2012-06-26 at 14.36.16
The place was tag free and the perfect blank canvas for their “Mausolée” dream. A sponsor-free artist residence operating under the eye of the law in which a selection of artists and photographers were invited to spray, paint and create on what could be considered an artist’s playground.

Although the project has been going on since 2010 news of it was only released in April 2012, to coincide with the release of a book and a film documenting the processes that went into making this mundane complex completely extraordinary.

One of Lek and Sowat’s main desires with the project was that it appeal to those who are not normally interested in Street art and by working with such a huge number of artists (40 painters for 40,000 m²) the sheer variety of styles and pieces means that there is truly something to appeal to everyone.

Who knows what will happen to the Mausoleum in the future now it is opened up to the public. The site could be still due for demolition or it could be preserved as a tribute to the beauty of street art, but whatever the outcome may be for now just enjoy the pictures and video of this amazing project.

If you can read French then check out the accompanying book: Mausolée, Résidence artistique sauvage by Lek & Sowat, Editions Alternatives. Price: 39 euros.

Screen Shot 2012-06-26 at 14.02.31

Continue reading

Mausolée: Unbelievable time-lapse footage of a 430,000 sq ft graffiti art project in Paris

An extraordinary underground museum of graffiti art has been painstakingly assembled in the ruins of a formerly squatted grocery store in the north of Paris. Organized by two artists, Lek and Sowat, forty French artists and crews took over the building after police had cleared the space of its residents.

Sowat told Dangerous Minds:

On August 12, 2010, Lek and I found an abandoned supermarket in the north of Paris. For a year, in the greatest of secrets, we continuously wandered in this 430,000 sq ft monument to paint murals and organize an illegal artistic residency, inviting forty French graffiti artists to collaborate with us, from the first to the last generation of the graffiti movement. Together we built a Mausoleum, a temple dedicated to our disappearing underground culture, slowly being replaced by street art and its global pop aesthetics. Amongst other things, we made a stop motion movie of the whole experience, showing a years worth of work in 7 minutes of high speed sequence shot, a bit like watching Graffiti through the windows of New York Subway system.

To illustrate this movie, we chose Philip Glass’ ‘Opening’ track. When we reached out for permission to use the music, we were offered Mr Glass’ own master of the song, a version that is less known by the public than the track that was put out in the ‘glassworks’ album. We didn’t do this movie for financial reasons, we wanted it to be free and accessible to the most people possible.

The Mausolée space reflects French social, political and human drama today, as few museums or more traditional art spaces could. Due to the nature of the space, people can’t really visit there, so the artists have published a book commemorating their 40,000 m² “mausoleum” of graffiti art as well as posting this gorgeous Koyaanisqatsi-esque time-lapse video of how the project came together.

It’s a knockout.


 

Fatcap covering: Lek and Sowat’s Mausoleum

Source: Chrixcel

In 2010 Lek discovers an abandoned supermarket condemned to demolition. This spot with no tag at all is a godsend and leads to the “Mausolée” project.

The Mausoleum at the time of ‘Immaculate Conception’ – Photo : ClickClaker

Lek & Sowat are the first to invest this place, situated very next to Paris, with some other fellow writers. Very soon they both have the idea to turn it into an artistic illegal residence inside which some graffiti artists and photographers (40 painters for 40,000 m²) will be invited to play a part in the evolution of what will become the “Mausoleum”.

A few months later, a gorgeous book is released (Editions Alternatives), and the secret that was kept so well during all this time is brought to light.

The choice of a French editor was symbolical, says Sowat : « The project took place in Paris, with French artists, in a building which was squatted and cleared out by the police, so in a way it reflected a French social, political and human drama. The traces of life we found inside, the writings on the walls, the abandoned letters and schoolbooks were mostly in French. There was no sense for us to try to convince a foreign editor. As we already knew Alternatives as we worked with them for previous books, we knew they were not the kind of editor to lay a hand on the contents to the detriment of the project”.

Coming out of a meeting at the end of October 2011 with Charlotte Gallimard, Head of Alternatives, things went very fast. After non-stop work, the book was published 6 months later.

The FatCap team also wanted to visit this playground to share with you what can be considered as an authentic underground museum.

A view of the roof with Apotre, Lek & Sowat

Continue reading

Reportage Fatcap Lek & Sowat : Mausolée, le livre

Source: Chrixcel

Lek découvre en 2010 un supermarché abandonné voué à la démolition. Ce terrain vierge de tout tag est une aubaine et donne lieu au projet “Mausolée”.


Le Mausolée à l’époque de l’immaculée conception – Photo : ClickClaker

Lek et Sowat commencent d’abord à investir les lieux, situés à la lisière de Paris, avec quelques autres graffeurs de leurs crews respectifs. L’idée germe vite dans leur tête d’en faire une résidence artistique sauvage dans laquelle quelques artistes et photographes (40 artistes pour 40 000 m² au total) seront conviés à suivre et participer à l’évolution de ce qui deviendra le “Mausolée”.

Continue reading

Insider View: Thias Part 8

Un vestige du mercantilisme tremble sous le périf’. Il grelotte, ouvert aux quatre vents, loin des lustres du commerce. Il n’appâte plus le client…

Brûlé à vif, il abrite ceux qui se terrent. Les exclus s’y cachent, sans papier, sans pays, sans véritable lit. Mais de là aussi, ils en sont exclus…
L’abandon d’un immense tombeau vide ! Un sanctuaire bientôt. Le mausolée d’une culture qu’on enterre et qu’on célèbre, qu’on bénit et qu’on dépasse. Une offrande picturale au temps des grottes modernes.
Part 8 : APOTRE LEK MONSIEUR.QUI SIAO SOWAT DEM189 SAMBR SMO FLEO BRUSK SWIZ
mausolee.net

Mausolee: Lek x Sowat (Paris)

Source: Arrested Motion

 

Imagine an abandoned four storey supermarket in the North of Paris occupied by squatters, then deserted again. On August 12, 2010, French graffiti artists Lek and Sowat discovered the place much to their delight. For a year, in the greatest of secrets, both artists continuously wandered in this 430,000 sq ft monument to paint murals and organize an illegal artistic residency. They invited forty French graffiti artists to collaborate, from the first to the last generation of the graffiti movement. Together they built a Mausolee, a temple dedicated to their disappearing underground culture, slowly being replaced by street art and its global pop aesthetics. Due to the nature of the place, very few people have seen it in person.

On 12 April Lek and Sowat will share their experience through an installation and video. See pics and more info  after the jump.

Continue reading

Graffitis en libre service

Source: Mix en Bouche

Ils sont deux, Lek et Sowat, à avoir squatté un supermarché abandonné pour laisser libre cours à leur imagination. Ils y ont invité beaucoup d’autres artistes. Le résultat est une exposition, un livre et un film en stop motion qui retrace cette épopée. Il fallait absolument zoomer sur le phénomène.

Sowat, ami de notre graphiste maison Tabas s’est soumis au jeu des questions réponses afin de nous en apprendre plus sur leur démarche créative, leurs goûts (musicaux et culinaires) et leurs projets…

 

1) Comment cette aventure a t elle débuté?

Continue reading

Insider view: Thias/Part 7 : Masterpiece

Source: Thias
C’est un labyrinthe transparent dans un dédale de piliers, un parking cellophané de voitures disparues, un totem sombre et abstrait…
Des inscriptions post-historiques et des lignes de chrome à l’infini. Une autre idée du volume et de l’aplat…

Part 7 : SOWAT LEK
mausolée.net

 

 

 

Continue reading

Paris Opening: Mausolee with Lek x Sowat by Butterfly

While we were fiishing the last details of the Mausoleum ephemeral show, Butterfly paid us a surprise visit from London to cover our opening…

Mausolee - The show

On August 12, 2010,  French graffiti artists Lek and Sowat found an abandoned supermarket of 430,000sq. ft  in the north of Paris. For a year, in the greatest of secrets they invited forty French graffiti artists to collaborate and create an illegal graffiti Mausoleum.

As the monument  is not accessible for safety reasons, Lek and Sowat  recreated a few murals and installations in an abandoned apartment to share their experience with the public .

Mausolee - The show     Mausolee - The show

Mausolee - The show

Continue reading

Insider View: Thias – 6 Puits de Lumière

Source: Thias

Tout est noir, opaque et sans fin. Pourtant si près, la ville s’éloigne. Son bruit s’est disloqué. Seuls quelques éclats ricochent et se joignent au silence…
Une étincelle se met à briller. Un repère dans une nuit horizontale. Posée comme un tableau, la tâche minuscule s’agrandit, et une autre apparaît… Deux puits de lumière dorment sous la ville.
Part 6 : LEK SOWAT

Insider View: Street Art Paris

Mausolee Paris exhibition presented by Sowat and Lek of the Da Mental Vaporz crew

In August 2010 Sowat & Lek , two artists from France’s Da Mental Vaporz crew organised 40 French artists, from the first to the last generation of the graffiti movement, to paint out the inside of an abandoned 430,000 sq ft Casino supermarket in the North of Paris, near to the Parc de Villette. For a year, a continuous illegal artistic residency took place, which was documented through film and by collecting the detritus that was found around the huge formerly squatted complex.

Lek & Sowat tell us that what remains is “a temple dedicated to a disappearing underground culture, slowly being replaced by street art and its global pop aesthetics”.

The artists who took part in this awesome project, which reminds us of The Underbelly Project and Ghostvillage Project – also certainly worth taking time to discover – include the following:

Apotre, Bims, Blo, Bom.k, Boyane, Brusk, Butterfly, Clickclacker, Dem189, Domone, Fleo, Gilbert1, Gris1, Hobz, Honda, Jayone, Jaw, J.P, Kan, Katre, Keboy, Lek, Manyak, Monsieur Qui, O’Clock, Omick, Onde, Outside, Paum/Sarin, Rems, Res, Romi, R. Skyronka, Sambre, Seth, Shook, Siao, Skio, Smo, Sowat, Spei, Swiz, Tcheko, Thias, Wxyz

An installation inspired by and made using materials from the site of the “Mausoleum” is now open to view by the public, and the accompanying book, can be bought online, here.

The project is essentially the brainchild of artist Sowat. He was assisted by Lek, and the video was edited by Kan.

Mausolee Paris exhibition presented by Sowat and Lek of the Da Mental Vaporz crew

Picture found at the North Paris site and framed as part of the exhibition

Continue reading

Mausolée: das Buch

source: hood1

Auf Allcity.fr entdeckte ich einen Artikel zu Leks & Sowat’s Buch Mausolée: le livre.

Die französischen Writer Lek und Sowat entdeckten im August 2010 einen verlassenen Supermarkt nebst dazugehörigem Parkhaus im Pariser Norden. Auf einer Fläche von unfassbaren 40.000 m², die sich über mehrere, teilweise unbeleuchtete unterirdische Etagen erstecken, fanden die beiden Künstler ungeahnte Massen an Flächen. In den riesigen Hallen schliefen, wohnten und lebten hunderte Obdachlose, bis die Polizei die Flächen räumte.

Continue reading

Insider View: Thias – Part 5

Source: Thias

Un vestige du mercantilisme tremble sous le périf’. Il grelotte, ouvert aux quatre vents, loin des lustres du commerce. Il n’appâte plus le client…
Brûlé à vif, il abrite ceux qui se terrent. Les exclus s’y cachent, sans papier, sans pays, sans véritable lit. Mais de là aussi, ils en sont exclus…
L’abandon d’un immense tombeau vide ! Un sanctuaire bientôt. Le mausolée d’une culture qu’on enterre et qu’on célèbre, qu’on bénit et qu’on dépasse. Une offrande picturale au temps des grottes modernes.
Part 5 : LEK SPEI SOWAT KATRE RES J.P BLO GILBERT1 SWIZ FLEO O’CLOCK

 

Continue reading

“Mausolée” – Fotografia, Animação e Graffiti

Source : subsoloart

No dia 12 de agosto de 2010, os artistas Lek e Sowat encontraram um supermercado abandonado no norte da cidade de Paris, na França. Durante um ano, no maior dos segredos os dois trabalharam organizando murais neste prédio de 430.000m², fazendo do mesmo uma ocupação artística ilegal.

Os artistas que participaram deste vídeo foram: Apotre, Bims, Blo, Bom.k, Boyane, Brusk, Deap, Dem189, Fléo, Gris1, Hobz, Honda, Jayone, Jaws, Kan, Katre, Lek, Monsieur Qui, O’clock, Onde, Outside, Rems, Romi, Sambre, Seth,Siao, Skio, Smo, Sowat, Spei, Swiz e Tcheko.

Continue reading

Mausolée: A Residence artistique in Paris

Source: My life on a bike

Last weekend an astonishing project called “Mausolée” was presented  by the French artists Sowat and Lek. In 2010 they found one abandoned supermarket ( 40.000 m2 in 4 floors) in the north of Paris, which was also, for a long time, the residence for homeless. The  abandoned building  was invaded and made an artistic residence by Lek and Sowat.

They invited 40 French graffiti artist and photographers, old and new school, to work with them for a day or a week. For a year, in a great secret they created the mausoleum. In the destroyed building with a lot of dirt,  abandoned  pieces of cars and personal objects from the homeless that  use to live there, the artists found a paradise for graffiti art: white walls.

Amazing and huge abstract and figurative graffiti was painted during the residence, putting the roots of the street art  in deep connections with its means of existence: sub-culture.

To present us this incredible project “Mausolée” the artists made a movie and a beautiful book (Mausolée – edited by Alternatives). Both were showed in a great installation, inspired by the artist residence and also with some objects that they captured from the abandoned supermarket. The exhibition took place in a 200m2 site under-construction residential building last weekend. Congratulations Sowat and Lek!

Mausolée | La residencia underground del graffiti francés

Source: 

El 12 de agosto de 2010, Lek y Sowat encontraron un supermercado abandonado al norte de París, siendo este un spot de 40000 m² para pintar murales  y organizar una residencia artística ilegal, por lo que decidieron invitar a grafiteros franceses a colaborar durante un año, entre los que se encuentran: Apotre, Bims, Blo, Bom.k, Boyane, Brusk, Deap, Dem189, Fléo, Gris1, Hobz, Honda, Jayone, Jaws, Kan, Katre, Lek, Monsieur Qui, O’clock, Onde, Outside, Rems, Romi, Sambre, Seth, Siao, Skio, Smo, Sowat, Spei, Swiz, Tcheko y muchos más, siendo un total de cuarenta y seis writers. Juntos construyeron un mausoleo, un templo dedicado a la cultura underground que está tendiendo a desaparecer, siendo reemplazada lentamente por el street art y la estética del pop mundial.

Mausolée | La residencia underground del graffiti francés Mausolée | La residencia underground del graffiti francés

A love letter to Graffiti by Sowat & Lek

Source: Street Art Central

“For nearly a year, we secretly went painting there, creating abstract
art amongst the remains and fragments of lives the squatters were
forced to leave behind. Independently, without any type of funding or
sponsorship. We then asked 40 French Graffiti Artists, from the first
to the last generation of our movement, to discreetly join us in
creating ‘in situ’ murals and installations, some sort of weird and
poetic illegal ‘Mausoleum’ dedicated to Graffiti.”

Sowat..

https://mausolee.net/book/

Graffuturism

source:Graffuturism

Mausolee Lek Sowat and Friends Video

We had first caught wind of the Mausolee project last summer while we were in France. Sowat had mentioned a monumental undertaking that he and Lek had been working on. We apologize for the late response on sharing this with you. There isn’t a bigger or intricate project I know about to date that is this large in scale and depth. What is more important to us is the projects mission statement, which we stand behind 100%. Lek and Sowat have been two of our favorite featured artists for some time. We feel both artists are helping define the next generation of graffiti, and where our culture might be headed. Progressive and raw, abstract in nature their work encapsulates the essence of what graffiti is about. It is great to see that through all the commercialization that is taking place in our art form that there are still artists who work for the art. Graffiti’s power lies in projects like these. Sometimes graffiti is best witnessed in cold dark corners of forgotten landscapes. We have always supported artists in galleries and museums, but it is also great to see real projects and installations taking place in natural environments such as this. In our eyes this project is unparalleled in its scope and importance in a time when our artform is in the limelight. This truly can be called a graffiti museum, one that can never be truly recreated indoors. That being said congratulations Lek, Sowat and all the artists that took their own paint and time to bring this to formation. I would share more pictures but we feel its better to watch the video and visit the site. We are truly in awe of this project and cant wait to see what comes next from these artists.

GF

Continue reading

Insider View: Butterfly

source: Butterfly Art News

A few months ago, in between two trips around the globe, Butterfly from London made a quick stop in the Mausoleum. Here’s what she had to say and show about her visit…

Imagine an abandoned four storey supermarket in the North of Paris occupied by squatters, then deserted again. On August 12, 2010, French graffiti artists Lek (RAW crew) and Sowat (DMV) discovered the place much to their delight…

Continue reading

Top 12: Lek Pieces

source: 12oz Prophet + Graffuturism

Lek 2011

We were blown away by the Mausolee Project which transformed an abandoned supermarket in Paris into a venerable graffiti museum. Organized by Lek and Sowat, the project found a home on the website Graffuturism, which prides itself on championing graffiti writers who push the boundaries by challenging traditional notions of the artform. Lek does just that. In a recent profile Graffuturism did on Lek they wrote “His ability to push the medium of spray paint and not become attached to its tradition to the point where it hinders the progression is his best trait in my opinion. We expect a lot from Lek in the future.” Clearly they were correct.

Click through the pages below to see our Top 12 Lek Pieces and to understand Lek’s point of view in his own words…

Continue reading

Uppercult | Cultures et combats

source: Uppercult

Pendant plus d’un an, dans le plus grand des secrets, un groupe de graffeurs a investi un supermarché abandonné dans Paris avec le projet de bâtir un musée d’art contemporain sauvage. Entre références aux glyphes anciens et abstraction aux influences organiques et technoïdes, le Mausolée est sans aucun doute le projet artistique le plus excitant que l’art urbain ait vu depuis de nombreuses années. 

Continue reading

Insider View: Thias – Part 4

Source: Thias

Fallait mettre un peu de fluo dans tout ça ! Faire scintiller la toile d’araignée, l’embrocher au reste d’un vélo, étirer ça dans la pénombre, déjouer la surveillance locale…

Surtout, fallait mettre de la farce au mausolée ! L’astro-fat au bout de l’épée. L’instant ghetto bling bling au pays des merveilles.
Faut croire que les jeunes surdoués aussi enterrent leurs aînés…

Part 4 : BIMS LEK SKIO ROMI SOWAT REMS

CODERED.RU Lek и Sowat — Mausolee Париж

Source: Russia – Code Red

lexso_intro

В середине августа 2010-го Lek и Sowat, нашли заброшенный торговый центр на севере Парижа. Совместными усилиями они решили сделать из него арт-пространство под названием Mausolee и пригласили к участию более сорока граффити-райтеров и художников, которые по сей день расписывали здание. Список участников по прежнему остается в тайне, тем не мение известно, что презентация пространства публике состоится 12-го апреля.

Источник

Continue reading

Insider View: Thias – Part 3

Source: Thias

Dans les entrailles du mausolée, la Terre est ronde et circulaire. Réduite, et pourtant presque sans fin. Littéralement prise entre terre et ciel. Le béton au milieu.
De toutes confessions, les monstres et les dieux y ont élu domicile. Une quête du Saint Graal au fond d’un gouffre, sans élixir et à la lampe torche. Au gré des quatre saisons…
Amen.

Part 3 : DEM189 SETH SOWAT LEK

ILOVEGRAFFITI.DE

Source: Germany – ilovegraffiti.de

Nachdem LEK und SOWAT vor 2 Jahren den leerstehenden Supermarkt in Paris entdeckt haben hat sich einiges getan auf dem 40.000 Quadratmeter Areal. Zusammen mit vielen weiteren Künstlern wurden innerhalb eines Jahres fast alle Flächen bemalt. Zu Gast in LEK & SOWAT´s Hallen waren DEM189, GRIS, HONDA, JAY1, JAWS, KATRE, QUI, O´CLOCK, REMS, SWIZ und viele mehr. Das Ganze haben die beiden Franzosen in einem Buch mit dem Titel “Mausolée” dokumentiert, welches gerade erst im Editions Alternatives Verlag erschienen ist. Ein schönes Video aus dem Parkhaus und einen Einblick ins Buch gibt´s nach dem Jump!

Mausolée Résidence artistique sauvage
256 Seiten, Format 24 x 34 cm
Preis: 39 € / ISBN : 978-286227- 717-2

Le Moniteur : Détours d’architecture

Photos-r-skyronka-102

En août 2010, Lek et Sowat découvrent un supermarché abandonné dans le nord de Paris. Entre un atelier de maintenance RATP, le périphérique et des tours de béton, le bâtiment déserté n’attirait pas l’attention… A l’intérieur, ce sont 40 000 m2 de murs vierges qui s’offrent à eux sur 4 étages. Pendant un an, ils se rendent clandestinement dans le lieu pour y peindre et y organiser une résidence artistique sauvage… Une quarantaine de graffeurs les y accompagnent. Le résultat? Un film en stop motion sur ce Mausolée (8888 images) et un livre. C’est ici.

Rédigé par 

Insider View: Thias – Part 2

Source: Thias

Un vestige du mercantilisme tremble sous le périf’. Il grelotte, ouvert aux quatre vents, loin des lustres du commerce. Il n’appâte plus le client… Brûlé à vif, il abrite ceux qui se terrent. Les exclus s’y cachent, sans papier, sans pays, sans véritable lit. Mais de là aussi, ils en sont exclus… L’abandon d’un immense tombeau vide ! Un sanctuaire bientôt. Le mausolée d’une culture qu’on enterre et qu’on célèbre, qu’on bénit et qu’on dépasse. Une offrande picturale au temps des grottes modernes.

Part 2 : SOWAT LEK BOM.K JAW SWIZ FLEO GILBERT1 OUTSIDE KATRE GRIS1

Continue reading

12ozprophet

Source: 12ozprophet.com

Mausolee Project: Paris Ruin Transformed Into Illegal Graffiti Museum

On August 12, 2010, Lek and Sowat found an abandoned supermarket in the north of Paris. For a year, in secret, both artists continuously wandered in this 430,000 sq ft monument to paint murals and organize an illegal artistic residency, inviting forty-six French graffiti artists to collaborate, from the first to the last generation of the graffiti movement.

Together they built a Mausoleum, a temple dedicated to their disappearing underground culture, slowly being replaced by street art and its global pop aesthetics. This could be the most visually intense graffiti project to date. Sometimes site specific graffiti can only be appreciated in person, as a phenomenological experience. Decayed and hollowed out buildings allow for graffiti writers to flow their pieces through the unique composition of the layout like an art installation, this is usually something very hard to capture on camera. Sowat and Kan did an excellent job conveying the experience of exploring this massive urban ruin transformed into an underground graffiti museum. We have reported on how the The Underbelly Project worked toward similar goals, displaying urban art in a more natural habitat. What makes Mausolee different, is the fact that it emphasizes working only with ‘graffiti writers’ and not ‘street artists’. Mausolee shows the full potential graffiti writers have to change the perspective of free wall space.

Continue reading

Insider View: Thias – Part 1

Source: Thias

Un vestige du mercantilisme tremble sous le périf’. Il grelotte, ouvert aux quatre vents, loin des lustres du commerce. Il n’appâte plus le client… Brûlé à vif, il abrite ceux qui se terrent. Les exclus s’y cachent, sans papier, sans pays, sans véritable lit. Mais de là aussi, ils en sont exclus… L’abandon d’un immense tombeau vide ! Un sanctuaire bientôt. Le mausolée d’une culture qu’on enterre et qu’on célèbre, qu’on bénit et qu’on dépasse. Une offrande picturale au temps des grottes modernes.

Part 1 : SOWAT LEK SWIZ KATRE WXYZ SPEI FLEO O’CLOCK

Continue reading

Insider View: ALËXONE

Source: blogaouane.net
Translated version here

IMG_8375IMG_8439

Superbe Ouvrage… qui raconte et documente, ce qui a le très juste titre « Résidence artistique sauvage »

Un ancien supermarché à Paris intramuros au bord du periph qui fût vidé de ces réserves puis de ses squateurs. le tout recouvert par la poussière du temps. et surtout vierge de toute peintures… Lek et Sowat en trouve une entrée et commence par y peindre… s’en suit une histoire de découverte et de peinture du lieux… petit à petit en y invitant des artistes tout en gardant le lieu secret, la résidence prends forme…
En gros un livre indispensable qui transpire, suffoque d’émotions et de peintures. Bien loin des livres sur les canons du graff’ et du street art sans âmes qui polluent les rayons des librairies ces dernières années. ce n’est pas non plus juste une compilation de peintres et peintures … mais une véritable aventure!

pour en savoir plus le site

IMG_8441

Continue reading

Metro

Source: Metro France
View translated version here

Pendant des mois, les artistes Sowat et Lek ont pris possession d’un supermarché vide au nord de Paris. Ils y ont créé une résidence artistique, conviant leurs pairs à s’y exprimer. Une expérience insolite et inédite à découvrir à travers une exposition, un livre et un film.

Dénicher des milliers de m2 de murs vierges à peindre est sans doute le rêve de tout graffeur. En août 2010, Lek, 39 ans, les a trouvés un peu par hasard, dans le nord de Paris, non loin du XIXe arrondissement où il a grandi. Après être passé plusieurs fois devant ce site gigantesque d’Aubervilliers qui abritait jadis un Intermarché puis un supermarché Casino, le graffeur décide finalement de garer sa voiture devant et d’y pénétrer par un des derniers accès caché situé boulevard de la Commanderie.

“Traces de vie”
A l’intérieur, l’artiste, fou de graffiti depuis l’adolescence, découvre un bâtiment immense dans lequel restent des effets personnels de nomades partis sans aucun dans la précipitation. “Il y avait des tasses encore remplies de café, des vêtements, des layettes de bébés, des cartables ou encore des matelas”, se souvient Sowat, son comparse de 33 ans qui a découvert les lieux peu de temps après. Les deux graffeurs réalisent que des dizaines de personnes, qui avaient élu domicile ici à défaut d’avoir un toit, ont été expulsées par les forces de l’ordre. “Au début, nous n’avons vu que les murs. Puis, ces traces de vie, raconte Sowat. Il y avait d’une part une espèce d’excitation et d’autre part une sorte de honte car on se doutait bien que ce qu’il s’était passé à l’intérieur du site était forcément violent“.

Continue reading

Insider View with Swiz

Source: dgtalkid.blogspot.fr
View translated version here

Lorsque je l’ai foulé la première fois aux alentours d’octobre 2010, il n’était pas Mausolée mais simplement un lieu, dont Lek m’avait parlé avec enthousiasme, et avait bien pris soin de me prévenir que si je les y accompagnais, il me faudrait ensuite n’en parler à personne… C’est donc presque les yeux bandés que j’ai la première fois sauté la porte réhaussée de longs pics en métal qui séparait la petite ceinture de cet espace à l’abandon, celle-là même que je n’aurais sans doute pas franchie si d’aventure j’avais erré seul au bout de la petite allée jonchée de déchets, matelas et de merde fraîche.. “Ah wai faut sauter ça,mais…elle tient bien la gouttière là?”

 

A cette époque, tout y était quasi vierge mais les deux “proprios” s’y déplaçaient déjà avec aisance, on ne pouvait y voir que quelques peintures de Lek, Sowat, Fléo et deux ou trois tags de Keboy et Wxyz, tracés à la craie sur les murs encrassés à l’extérieur du bâtiment. Ce jour là, je ne sais même plus si j’ai peint, il est souvent difficile de déniaiser de tels endroits…Trop d’espace…Que faire , où, comment? J’ai en revanche pris le temps d’y errer, arpentant les escaliers sombres couverts d’inscriptions racistes, les larges étages froids. Le lieu m’a paru immense, interminable et je m’y suis perdu comme on aime s’égarer dans une ville que l’on visite pour la première fois, à la recherche d’heureuses découvertes…

 

Insider View with Monsieur Qui

Source: Monsieur Qui / Artskills.net
Translated version here

9h30, novembre 2010 porte de la Villette à Paris, Lek (RAW) et Sowat (DMV), deux graffiti-artists de génération différentes mais à la motivation commune arrive au rendez-vous. Quelques mots échangés à propos des grands froids de ces derniers jours et nous partons vers la promesse d’un lieu afin d’y réaliser une peinture ensemble. Nous escaladons un talus, arrivons au bord d’une voie ferrée où logent dans des tentes quelques âmes égarées, en redescendant nous profitons de l’élan de la pente pour traverser à la hate une bretelle d’accès du périph’. Sowat me rappelle au passage que l’entrée se mérite et il n’a pas menti ; arrivés dans un couloir à ciel ouvert, le sol est jonché d’ordures et d’excréments, l’odeur y est insupportable, il faut ensuite escalader une grille d’environ quatre-cinq mètres de hauteur, couronnée de piques, le tout sans se faire griller par les ouvriers de l’atelier ratp voisin.

Voilà passé l’épreuve, nous sommes tout trois aux abords du bâtiment. Mes deux accompagnateurs semblent bien le connaitre et m’évoque aussitôt l’immensité du site, nombreux sont les murs disponibles à peindre. Et pour cause il s’agit d’un ancien supermarché et de son parking abandonnés il y a déjà quelques temps, au total 40 000m2 de playground. Y pénétrer à l’intérieur, nécéssite d’emprunter un conduit d’aération, et c’est un peu comme un archéologue dans le noir, que je découvre véritablement le lieu. Une visite commentée s’improvise, différents étages s’offrent à nous et commençons par ceux du haut. Des carcasses de voitures s’éparpillent, tout comme quelques murs certaines sont peintes d’autres pas.

Continue reading

Librairie du 104

Liberation


Vendredi 13 Avril 2012
Par LOUISE VIGNAUD

Issus de le la culture graffiti, Lek et Sowat manient la bombe peinture depuis leur plus jeune âge. Assis à la terrasse d’un café de la rue du Temple, à Paris (IIIe), les deux garçons habitués à étirer leur patronyme sur les murs dévoilent l’aventure artistique «Mausolée», gigantesque édifice dédié à la culture underground et soustrait aux yeux de tous pendant près de deux ans, aux portes de la capitale.

La rencontre des deux graffeurs se produit en 2010. Depuis peu, l’art de rue s’expose sur toile au Grand Palais, de quoi en agacer plus d’un. Plus créatifs que critiques, ces deux artistes veulent avant tout renouer avec les fondamentaux : les murs, l’espace, l’éphémère.

Abyssal. L’aventure commence lorsque Lek découvre un ancien supermarché abandonné depuis 2005 dans le nord de Paris, d’une superficie d’environ 40 000 m2. Dans un premier temps, les deux artistes, obnubilés par la quantité et la variété des murs vierges, saisissent l’opportunité d’un tel espace pour le mettre à la disposition de l’art urbain. Dans le plus grand secret, une quarantaine de peintres et graffeurs se succèdent à quatre, six ou huit mains, façon «cadavre exquis», soutenus par des photographes, explorant jour et nuit les recoins de cet espace abyssal. «Notre peur était que le lieu soit découvert pendant le projet, mais pendant longtemps, nous avions le fantasme de le finir et qu’il soit détruit», confie Sowat.

Des étages jusqu’au sous-sol, les fresques gigantesques se rejoignent dans une parfaite harmonie. Au fil de l’exploration, l’âme du lieu interfère avec le processus créatif. En effet, plusieurs familles de migrants ont trouvé refuge dans le bâtiment, avant d’en être expulsées. Les artistes se heurtent aux «artefacts» du lieu : matelas, biberons, landaus, cahiers d’écoliers, lettres jamais envoyées et avis d’expulsion datant de 2008. «Ce matériau très lourd nous a touchés, si bien que le lieu a commencé à nous obséder, on n’y allait plus tant pour peindre que pour aller découvrir ces traces de vie», précise le duo.

Petit à petit, les artistes cherchent à composer avec la matière présente et son aspect mémoriel – objets des habitants, carcasses de voitures, végétation. «Nous étions comme des archéologues qui venaient de découvrir la pyramide de Gizeh, on l’a appelé le Lieu, le Temple puis le Mausolée», disent-ils. Désormais doublement liés à cet espace, par la peinture et les vestiges de ses habitants, comment garder trace de cet art voué à disparaître ? «Dès le début, on a su qu’il fallait finir par [peindre] le toit, car à la seconde où ce serait fait, on serait repéré.» De fait, une semaine après, les entrées étaient condamnées par les autorités, le bâtiment devant accueillir dans les prochaines années un complexe hôtelier.

Lascaux. Grâce au travail des photographes, l’idée surgit très tôt dans l’esprit de Lek et Sowat de créer malgré tout des supports pour conserver la mémoire de cette expérience collective. Le résultat,Mausolée, est à la fois un film en ligne et un livre de photos. Publié aux éditions Alternatives, celui-ci permet de suivre l’évolution du lieu. Le film de sept minutes, «lettre d’amour à notre culture», composé de 8 990 photos, vient compléter ce travail colossal, soutenu par une bande-son de Philip Glass qui, séduit par le projet, leur a offert le titreOpening.

Le Lascaux des graffeurs désormais condamné, Lek et Sowat dévoilent leur travail jusqu’à demain, à l’occasion d’une exposition exceptionnelle.

France 3 Television

À l’occasion de la parution de Mausolée, l’un des deux auteurs, Sowat était l’invité du journal de la mi-journée le 10 avril 2012 sur France 3.

Sowat was invited to the 12’o clock news on France 3 Television to discuss about the book Mausolée on 10 April 2012

Canal Street TV: Interview

Dans quelles circonstances exactement avez-vous découvert ce supermarché abandonné ?

Lek a trouvé le lieu au cours de l’été 2010. Il connait bien le quartier pour y avoir grandi. Il connaissait le supermarché du temps de son activité pour y avoir été client, enfant avec ses parents. Ca fait des années qu’il cherche ce genre d’endroit, donc comme nous tous, il passe son temps à repérer des signes d’inactivité sur les bâtiments quand il tourne dans Paris. Celui-ci semblait correspondre à tous ses critères. Il est passé devant une fois, deux fois et la troisième, il a fini par garer sa caisse pour chercher un accès… qu’il a trouvé tant bien que mal. Le lendemain, il est retourné peindre. C’est comme ça que ça a commencé.

Continue reading

Vernissage / Opening

Vernissage: Jeudi 12 Avril 2012 à 18 heures

Ouverture: Vendredi 13, Samedi 14 Avril de 15 heures à 20 heures

RSVP  mausolee@hotmail.com

Adresse: 11 rue Marie-Andrée Lagroua-Weil-Halle, 75013 Paris
Métro/Rer: Bibliothèque François Mitterrand
Plan d’accès


About

On August 12, 2010, Lek and Sowat found an abandoned supermarket in the north of Paris. For a year, in the greatest of secrets, both artists continuously wandered in this 430,000 sq ft monument to paint murals and organize an illegal artistic residency, inviting forty French graffiti artists to collaborate, from the first to the last generation of the graffiti movement.  Together they built a Mausoleum, a temple dedicated to their disappearing underground culture, slowly being replaced by street art and its global pop aesthetics.